26 mars - Le diable des mers

Dans les rayons du musée, nous avons maintenant plus de 1500 objets de toutes sortes. Ils peuvent paraître dérisoires ou inconséquent, en restant toutefois bien réels. Cependant, même si évidemment la superstition, les croyances populaires et autres zones d’ombres plus ou moins soumises aux influences des lieux, époques, personnes, sensations et craintes envers ces… ‘choses’ parfois irrationnelles, peut-être dérangeantes, semblant délirantes ou bien réelles. Parmi cette foultitude de ‘présences’ nous disposons évidemment de plusieurs domaines et règnes, par exemple pierres et minéraux, végétaux, mémoires humaines, avec évidemment une sorte de ‘département’ animaux. C’est dans cette catégorie qu’une de nos vitrines présentent différents ‘vestiges’ et restes d’animaux. Parmi ces derniers nous présentons deux ‘diables des mers’.





Les légendes maritimes racontent que, depuis déjà les premiers temps de la navigation en haute mer, les marins voyaient parfois surgir des eaux profondes des créatures qu’ils baptisèrent ‘diable des mers’. Ces ‘poissons’ finirent parfois capturés où récupérés morts. On sait, depuis, qu’il s’agit de mammifères marins, donc des animaux tenus de remonter en surface pour y absorber de l’air et le rejeter aussi. Ce sont deux de ceux-ci, se trouvant dans nos locaux, que nous présentons à vos visiteurs. Il s’agit d’animaux que nous dirons ‘petits’, d’environ toutefois proches de 50cm de long. Nous avons appris qu’il y avait également des ‘grands’ (parents si on veut) et ces derniers peuvent atteindre, voire dépasser, les 1,50m de long. D’un côté l’animal aquatique présente des caractéristiques impressionnantes telles des yeux, un long nez avec une bouche béante. Le tout surmonté d’une espèce de crète verticale. Le torse et le bassin ont effectivement de vagues (oui vagues mais évidents) aspects anthropomorphes. De plus des nageoires latérales assez larges le long du torse, et le bassin se finit par une queue divisée en deux ‘traines’ très fines et fuselés. Il est vrai que de loin cette créature avait tout lieu d’inquiéter les marins qui voyaient là, une sirène pour la femelle (légèrement renflée au niveau de la poitrine), et pour le mâle un diable vivant dans les abysses avec sa compagne au chant confondu avec le sifflement de l’air et l’eau rejetée par cet animal marin. La légende fera le reste, car on dit que Christophe Colomb ou autre Magellan, mentionnèrent ces ‘créatures’ comme étant maléfiques et porteuses d’ennuis. Forcément, on admet facilement ce que pouvait représenter de superstitieux et démoniaques ces créatures venant en sifflant au plus près des navires par curiosité, comme les dauphins de nos jours.


Il y a de moins en moins de ces poissons mammifères dans les eaux profondes, en raison du fait que les chaluts, avec leurs filets à grandes profondeurs, les captures avec les autres poissons. Mais au tri ils sont rejetés, comme inintéressants, car sans goût ni quantité appréciable de chair, hélas, à ce moment ils sont déjà morts et c’en est trop tard pour eux… Les autres s’approchant encore des navires, se font détruire par les hélices de propulsion… le progrès n’est guère clément pour les animaux marins.


A la belle époque de l’ancienne marine de pêche, ces créatures ont souvent été baptisées du doux nom de Jenny Haniver, en raison du fait que c’est au port d’Anvers que les marins en parlaient le plus autour d’un verre de rhum. La légende superstitieuse fera le reste jusqu’à ce que la science explique qui Jenny était vraiment. Mais après tout, et si elle avait été bel et bien une sirène tout simplement ?????


En tous cas, deux de ces merveilleuses étranges créatures ont trouvé refuge dans nos vitrines pour y couler une fin de vie paisible loin des filets de chaluts meurtriers. Aussi parfois vous entendrez, si vous y prenez attention en passant près de la vitrine ‘animaux magiques’, une sorte de mélopée plaintive et triste sur fond de bruit de vagues houleuses… Ce sont nos deux sirènes qui continuent à fredonner leurs légendes merveilleuses, n’en doutez pas une seule seconde, sinon gare au diable des mers !!!!


André Douzet


Posts à l'affiche
Posts Récents
Archives
Rechercher par Tags
Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square

Le musée de l'Etrange est un musée privé. Il ne bénéficie d'aucune donation ni subvention. Il compte sur vous, lors de votre visite, pour participer à la mesure de ce que vous avez apprécié.
De plus, il ouvre le plus souvent sur réservation. Pour connaître les horaires d'ouverture,

nous vous invitons à vous rendre sur la page horaires ou appeler au numéro ci-dessous.
A trés bientôt pour votre visite.

 

Situés dans des caves, les locaux du musée ne sont hélas pas accessibles aux handicapés. Nous ne pouvons donc les ouvrir au tout public, leur accès est de fait restreint par la loi au domaine privé : nous ne pouvons donc accueillir dans nos locaux que les membres de notre association. Nous vous proposerons une adhésion ponctuelle valable le temps de la visite.

Et n'hésitez pas à nous faire connaître.

  • YouTube Social  Icon
  • LinkedIn Social Icon
  • Facebook App Icon
  • Twitter App Icon
  • Google+ App Icon

©André Douzet 2016-2019
29 rue du Plat - 07340 Serrières
Tél : 07.62.46.86.39 museedeletrange@gmail.com
n°Siret : 78915274100011

Conditions générales de vente - protection des données personnelles