Château des Chances

Le passé des sites importants du Massif du Pilat nous est présenté d’innombrables fois… accommodé à la sauce de l’auteur qui en reprend le même fil conducteur pour la énième fois. Cette insistance quasiment maladive pourrait être le fait que ces ténors préfèrent souvent arpenter les sentiers battus et rebattus par crainte de ne pas être admis dans le cercle de ceux qui pensent en rond, au risque, comme disait Léo Ferré, d’en avoir des idées courbes. Encore, pourrait-on supposer que la matière leur manque à un tel point, pour argumenter, qu’ils ‘jettent l’éponge’ à propos de très nombreux autres sites de ces contrées aussi magnifiques qu’insolites. Certes, il y a ces lieux où l’Histoire s’est faite à la vue et au savoir de tous les historiens et chercheurs inépuisables. Sur ce constat indiscutable, il n’y a pas à revenir, mais tout simplement à consulter les ouvrages compétents écrits par d’estimables historiens chevronnés. Il suffit, pour ce genre d‘approche, de consulter simplement une des bibliographies que le curieux peut trouver facilement.

Pour les autres lieux, c’est une autre histoire, parfois pas facile à reconstituer… Et pourtant ces innombrables points locaux abondaient encore à la fin du XIXe siècle, ne serait-ce qu’au fil des travaux de spécialistes locaux en quête des racines profondes de ce pays. Les ignorer, au bénéfice de ce qui est bien connu, ne change rien au fait qu’ils aient eu leur existence. Parfois, cette dernière est des plus actives dans ce qui assura l’essor de la région aux époques anciennes, à un point que nous ne pouvons imaginer. Leurs modestes vestiges, inversement proportionnés à l’importance des actes auxquels ils contribuèrent, souvent dans l’ombre, sont aujourd’hui la proie de l’oubli, de l’usure, du temps et de l’ignorance des ténors en ‘pilateries’ diverses et trop variées au point de les rendre avariées. C’est un peu comme laisser supposer que le pays de France se résume à sa capitale, ses dix plus grandes villes, au détriment de toutes les autres agglomérations de moindre superficie ou de moindre réputation… Qui en serait dupe ?... personne évidemment. Et pourtant, c’est ce qui se passe souvent sur bien des contrées représentant les quatre ou cinq dernières pièces d’un puzzle qui, tout aussi rutilant soit-il, restera à jamais incomplet et défiguré.

Au nombre important des balises mises en lumière dans les régions du Pilat s’ajoutent toutes celles qui s’éteignent piteusement en laissant derrière elles l’ombre de quelques légendes ou traditions, témoignages poussiéreux de ce que fut leur passé parfois remarquable. N’oublions jamais que les grands événements découlent de plus petits honteusement laissés pour compte… et qu’une bataille se gagne avec la ‘piétaille’ dont le sacrifice s’effacera sous les lumières éblouissantes des étoiles de généraux qui souvent appliquent à la lettre cette décevante devise « armons-nous et partez ! ». La bataille des vieux châteaux du Pilat n’est pas finie… pour nous, elle ne fait que commencer. Et c’est ce long et surprenant périple que nous allons entreprendre. Nous y verrons des sites dont aucun fascicule n’honore vraiment ces mémoires… ou parfois de quelques lignes seulement. C’est ainsi que nous réparerons des oublis comme ceux frappant un petit castel totalement inconnu (sauf pour quelques archives très localisées sur le secteur de Pélussin et Avignon), entre Champailler et la chapelle Ste Madeleine, dont les vestiges (encore visibles aujourd’hui !) prirent toute leur importance au 17e siècle… Ensuite, nous ‘réhabiliterons’ quelques autres places fortes autour de Maclas, Lupé, Roisey, Colombier, Pélussin, col de Pavezin, Châteauneuf, versant vallée du Gier… et, plus haut, vers les sombres forêts de Prarouet (hé oui… il y eut un autre manoir fortifié que la maison d’été de nos amis les Chartreux)… et tant d’autres laissés pour compte dont les noms mêmes ne sont jamais cités ! Ce travail est celui, commun, d’une équipe de la SP et d’un petit groupe de chercheurs de cette région. Comme le veut notre tradition, ces recherches sont celles d’amateurs… au sens étymologique du mot « celui qui aime ». Et ce sera notre seule prétention.

Première partie : Le château des Chances

Une place de grande étendue



Acte de vente des Chances - RF


Nous commencerons ce long périple, dans le passé de cette région, par le château des Chances… Reconnaissons que, çà et là, ce nom apparaît de manière très sommaire (une page tout au plus) dans quelques petits ouvrages touristiques, à large diffusion, de ces vingt dernières années. A notre connaissance, un seul dossier de 24 pages lui fut consacré entièrement en 1984. Pour trouver des éléments historiques plus complets, il faut s’arrêter au 19e et parcourir plusieurs bulletins de sociétés savantes. Il est inutile de chercher à la rubrique ‘Château des Chances’ mais plutôt ‘siècle’ à celles concernant les communes anciennes de Trèves et Longes. Aux moments convulsifs de la Révolution Française, le domaine est morcelé et vendu. Ces ventes font l’objet d’actes qui nous permettent de mesurer l’importance des bâtiments et des terres attenantes. C’est dans un acte du 26 juin 1797 que l’on trouve une excellente description du domaine du château et de son périmètre qui s’étendait sur « 272 bicherées », soit près de 41 hectares. Les bâtiments, à ce moment, sont encore dignes d’une fortification conséquente : trois tours, des caves, des greniers, une grande cuisine, des chambres, une vaste écurie surmontée d’une grange… pour une surface de « 48 bicherées » (environ 6,5 hectares dont 1,5 de bâtiments). C’est dire l’importante étendue de ce château qui sombre dans l’oubli pour ne plus rien laisser, sauf quelques informes pans de murs, deux siècles plus tard.

Les Duchoul et Mazenod

Au 17e siècle, d’autres documents, concernant les familles Duchoul et de Mazenod, nous apportent quelques éléments sur cette époque où sévirent de grandes famines suivies d’épidémies de peste qui ravagent la région au point qu’en 1585, la ville de Condrieu, où 1200 victimes sont décimées par le fléau, est abandonnée… Nous reviendrons plus loin sur les familles de cette époque, propriétaires de ce fief. Au lieu de nous arrêter, comme certains, à ce siècle, nous n’hésiterons pas à nous enfoncer plus loin dans le temps pour retrouver d’autres familles et d’autres éléments.

Et les honorables vrais seigneurs de La Chance

Si les Duchoul et Mazenod furent seigneurs des Chances, ils ne pouvaient en faire leur nom… A notre avis, l’intérêt d’une famille portant ce nom est autrement plus conséquent dans cette histoire. C’est pourquoi il nous semble des plus intéressants de signaler qu’en 1477 on trouve un François de la Chance s’insurgeant contre le Chapitre et obtenant gain de cause près du roi lui-même. C’est à cette époque, en 1485, qu’un autre document nous explique qu’une expédition vint sous les murs du château « chasser la grande bête »… ce qui semble avoir fortement déplu au maître des lieux qui fit donner sa garde ! Les seigneurs de La Chance sont ainsi cités plusieurs fois dans la seconde moitié du 16e siècle… jusqu’en 1569 où, par alliance de Azabiaux -et non pas Isabeau comme l’écrit P. Berlier- de La Chance (décédée en 1585), il passe aux mains des Duchoul. On peut suivre la famille à l’héraldisme de ce lieu durant plus d’un siècle et demi sans discontinuer. La descente dans le temps se poursuit toujours sous le nom de ces seigneurs : 1393 : Humbert de La Chance se ‘dément d’une charge’… par la Tradition d’un LIVRE !!!! Sans que nous ne sachions de quel document il puisse s’agir. Peu avant, en 1383, Guy de La Chance intervenait déjà dans cette charge. 1377 : Cochard nous dit qu’Humbert de La Chance, époux de Béraude Arod, se qualifie seigneur du lieu. Nous voici à la fin du XIIIe siècle pour constater que le site appartenait aux Roussillon qui cèdent la seigneurie à un certain ‘capitaine Guillaume’, maintenu dans ses fonctions guerrières et largement récompensé en surplus par la dîme sur les Haies et au Pilon « tout à la fois les sentinelles, les garde-voie et les chefs douaniers » (Granjean)… Enfin, nous trouvons encore plus loin, en juin 1225, un autre Guillaume de La Chance avec un accès aux droits de l’archevêque lyonnais, Renaud de Forez. La trace la plus ancienne serait celle d’une charte d’avril 970 (Charte Savigny) citant un Rudolph issu de « la puissante maison de Lavieu qui possédait le château de la Chance ». A propos d’actes, il en existe un particulièrement remarquable, daté de 1328, dû à un notaire royal du nom de Guillaume de La Chance. Nous espérons bientôt pouvoir en donner une copie complète si nous obtenons l’autorisation de l’autorité compétente… Ce document, d’une belle calligraphie, donne la liste des habitants du fief direct de La Chance… au nombre de 38. La famille du seigneur se composant de Guichard, Guille, Guigon, Guigo… de La Chance. Il semble que la consonance « GUI » ait eu les honneurs de la famille, à moins que ce ne soit un manque chronique d’imagination ? A cette liste s’ajoute celle des hameaux attachés aux Chances, une douzaine… dont le fameux arsenal de Béatrix de Roussillon dont plus personne ne s’occupe… ou ne connaît son emplacement au point de même douter de son existence. Disons que cette propriété des Roussillon placée sur le territoire des La Chance pourrait étonner quelque peu. Pourtant, il n’y a rien de plus normal puisqu’il est possible d’établir, documents à l’appui, une chronologie du lieu. Artaud de Lavieu possède indéniablement le château des Chances et le cède « en 1266 à Béatrix de la Tour, dame de Roussillon, avec ses possessions de Trèves et une partie du Jarez » (Edouard Perray). Ensuite, les Roussillon en sont les possesseurs par « abandon des prétentions sur La Chanceur » jusqu’en 1377. Cet acte est imposé par le roi Philippe Auguste, en 1208, ce qui en donne une trace indiscutable. Ce sont ensuite les seigneurs de La Chance (pour la première fois, une famille porte le nom et le blason) qui tiennent la possession jusqu’en 1565, au moment où elle passe aux Duchol… pour enfin, en 1700, passer aux mains des Mazenod jusqu’à la Révolution Française.



Batailles et carcabeau autour de La Chance


Après ce rapide survol, on s’aperçoit que nous sommes loin de quelques vagues, deux ou trois noms, pour illustrer ce qui fut une petite place forte conséquente dans cette région du Pilat. On peut, à ce propos, admettre que son importance provenait du fait qu’elle surveillait un péage majeur dont la responsabilité juriste était, entre 1225 et 1375, tenue par dix-sept préposés pour ce ‘carcabeau’ des plus rentables. On s’est battu également près de cet endroit où s’était installée une compagnie de gendarmes bretons, chargée de faire respecter l’ordre. L’emplacement du campement de ces gendarmes s’appelle toujours « la terre du camp » comme on peut le lire sur le cadastre des Haies… Tout comme en 1587, protestants et catholiques s’affrontent sévèrement près des Chances. Une fois encore, la toponymie reste la seule mémoire de ces violents événements puisque un lieu, à l’extrémité est de Trèves, s’appelle encore « le Fautre » («la bataille») entre La Chance et la Grande Madeleine. Chavanne, Batia et Vachez rapportent des événements avec des détails différents sur cette « bataille de Metrieux » qui porte le nom de « virecul » en raison de la retraite désordonnée des troupes protestantes de Chatillon, lors de l’affrontement. Et ainsi d’autres escarmouches donnant l’importance stratégique du château des Chances. Cette dernière, d’ailleurs, inspirait déjà les romains qui usèrent du lieu pour assurer un contrôle militaire sur les cols du massif pour la rive droite du Gier (M. Parizot). Par endroit, on trouve encore des emplacements du « chemin creux » formant le lit de la voie romaine secondaire qui passait déjà près du fort. On retrouve ce tracé cité par Strabon… Nous ne quitterons pas ces batailles fratricides sans citer une dernière fois Chavanne et Vachez expliquant, qu’à leur époque, à Trèves, certains vieux habitants se souvenaient avoir appris à lire, en 1830, sur « un vieux livre en parchemin remontant à une époque reculée » relatant cette bataille peu ordinaire pour la région…

L’ombre irritante des chartreux et du Temple

Mais revenons sur d’autres aspects intéressants du château de La Chance…

Certains auteurs hasardent, très doctement, que cet endroit n’a jamais appartenu aux Chartreux de Sainte Croix en Jarez. C’est aller très vite en besogne que d’affirmer ceci puisqu’il existe dans les archives chartreuses, au moins 6 actes de fermages pour ce lieu. Certes, ce ne sont que des terres… et une « grange » un peu au-dessus des lieux cadastrés en 1635 « Grange de Madeline et de Grande Madeleine ». Il y a 17 ans, il suffisait, pour s’assurer de ce ‘détail’ digne de la théorie des étoiles de midi, de regarder sur plusieurs murs de fermes périphériques aux Chances pour retrouver un linteau et deux pierres frappées d’une boule surmontée de la croix. Certes, une fois de plus, il faut chercher dans les vieux actes cartusiens… dont deux gros registres furent retrouvés dans une autre ferme sous Pazevin, qui fera l’objet d’un texte suivant. Personnellement, nous observons de manière réaliste qu’il n’y a rien d’impossible à ce que les chartreux aient eu des terres et une « grange » dans ce secteur puisqu’ils détenaient, au 17e siècle, le castel de la Jurarie ainsi que les granges de Torrépane, La Combe, et de nombreuses terres attenantes. On peut se demander ce qu’il y aurait de si incroyable que Ste Croix ait eu une ou deux possessions dans ce secteur si proche de la Jurarie ? A cette remarque, nous ajoutons, pour en finir, que les familles ayant eu des ‘vues’ sur La Chance sont presque toutes impliquées dans l’histoire et le passé profond de la Chartreuse de Ste-Croix en Jarez : Lavieu, Mazenod, Roussillon… pour ne citer que ceux-ci.

Il en ira de même en ce qui concerne les templiers dont les mêmes auteurs affirment, haut et clair, que l’Ordre n’apparut jamais sur ce secteur. Et nous écrivons bien ‘les’, puisque deux ‘bachats’ (sorte d’auges en pierre) ne sont, ni plus ni moins, que deux tombes récupérées… dont une frappée d’une croix pattée (peu lisible), accompagnées d’autres gravures, peut-être rajoutées, devenues incompréhensibles. Ces deux vestiges se trouvaient quasiment enterrés, remplis de terre et d’humus, dans d’informes ruines, à peu de distance en amont du chemin creux entre Les Chances et la Jurarie. Certes, il est possible que ces ‘cuves funéraires’ aient été transportées, pour un usage des moins funéraires, jusqu’à cet endroit appartenant aux familles Lermes (1783) et ensuite Frongat (1854)… Cependant, à ce propos, il faut retenir deux autres détails. Le premier concerne l’endroit de ces ‘bachats’, quelque peu éloigné du chemin, dans d’épaisses frondaisons qui excluent tout idée d’abreuvoir pour des animaux domestiques passant ici. Quant au second détail, il concerne les archives de La Chance dans lesquelles l’endroit est désigné avec une croix de pierre servant d’ancien bornage sous le nom de ‘croix blanche’, Blanq, ou ‘blache’ selon deux autres actes. Si la croix existe encore à cet endroit, ainsi que les deux ‘bacs mortuaires’, en échange, l’usage des lieudits a disparu depuis près d’un siècle et demi. Quant aux ruines, elles sont considérées dans les actes comme ‘remise ouverte avec une chambre’. Pourquoi cet endroit, avec une toponymie proche de celles utilisées par les templiers (Blanche et Blache), ne représenterait-il pas un emplacement où simplement un ou deux des leurs auraient été ensevelis à la suite d’on se sait quelle raison des plus naturelles? N’oublions pas que près des Haies fut retrouvé, juste avant la guerre de 1914, tout un site funéraire avec des vestiges de fondations de bâtiments… et plusieurs cuves funéraires de cette sorte. Si on ajoute que les Hayes sont à moins de deux km de La Chance, ceci rend plausible l’existence de tombes identiques à peu de distance de notre château… Nous reviendrons sur ce site inédit sur le secteur des Haies, un peu plus tard, à propos des templiers dans le Pilat. Quant à l’origine du nom de « La Chance », il pourrait découler du dieu romain de la chance « casus » invoqué par les marchands et voyageurs romains. Selon l’abbé Granjean, il se pourrait qu’un petit temple dédié à cette divinité débonnaire ait été dressé sur ce replat et qu’à l’arrivée de l’église primitive, un oratoire ait supplanté le sanctuaire païen. Ensuite, une chapelle s’implante sur le lieu votif. Elle deviendra le lieu de culte des seigneurs du château des Chances sous le vocable d’une autre grande voyageuse, dont on ignore si elle fut chanceuse, Ste Marie Madeleine ! Pour d’autres, comme M. Parizot, l’étymologie vient simplement de « chaucer » qui deviendra « chaussée », issu du latin « calceata » qui signifie via, l’appellation des voies antiques!



L’insolite disparition de La Chance sur les cartes


Les contrées du Massif du Pilat sont devenues depuis longtemps l’un des atouts touristiques de la région, et ceci à juste titre. Aussi, quelle n’est pas la surprise du chercheur de passé de lire la carte précisément éditée par le Parc Naturel Régional du Pilat ! En effet, le château des chances et ses vestiges… n’ont pas eu la chance d’être mentionnés sous leur nom ! Le symbole ‘ruines’ mentionne l’endroit sans autre forme de procès, sans que bien entendu nos ténors ne s’en offusquent le moins du monde. L’association ‘Vaisseau de Sable’ avait fait un dossier sur le passé et les ruines de l’endroit. A cette époque, nous n’étions pas beaucoup à tenter de conserver les images du site dans l’état où il était. Aujourd’hui, plus personne n’y met les pieds, sauf quelques chasseurs et randonneurs pressés de traverser sans attention… ce qu’on ne leur signale pas. Le chemin d’accès direct s’est même effacé totalement et on ne peut accéder au lieu qu’en empruntant un mauvais chemin agricole depuis la petite route montant, à gauche, avant le ‘Pilon’. Peut-être les cartes d’Etat-Major sont-elles plus respectueuses de la mémoire ? Nous le souhaitons. Quant aux ‘guides’ conduisant les touristes sur les sites dignes d’intérêt, ils préfèrent les chemins confortables et les endroits connus, reconnus et archi-connus. C’est moins compliqué et plus important de montrer qu’on connaît ce que tous peuvent trouver seuls. Serait-ce à dire que la valeur patrimoniale de La Chance se cantonne à 15 lignes et deux noms de familles ? C’est un peu mince pour ceux qui savent tout sur tout et un service administratif qui se veut revalorisant l’histoire de ce parc régional remarquable…. Et nous ne faisons que commencer ce parcours des oubliés.

Un blason inconnu et un trésor légendaire

Au pire, ou au mieux, on ne pourrait qu’être surpris mais fataliste devant cette conduite pour le moins désobligeante pour ceux qui firent notre histoire locale. Mais il y a plus étonnant encore, c’est la négligence complète des armoiries du château ! Nous n’avons pas trouvé un seul auteur, depuis 1620, donnant la description héraldique, les armes parlantes, ou un dessin de cette identité importante. Certes, le blason a peut-être été plus oublié par prudence que par méconnaissance, et ceci pour une raison bien simple. L’énumération héraldique des armes de La Chance se trouve sur deux actes de recensement du XVIe siècle dont un aux archives régionales. Ce qui exclut le moindre doute sur l’origine de cet emblème nobiliaire.



En effet, le blason de La Chance se compose de deux quilles (en forme de bouteille évasée, mais ce genre de flacon est très peu, pour ne pas dire jamais, usité en héraldisme) côte à côte et d’une boule au dessus. Les trois objets sont jaunes sur fond noir uni… Ce qui, admettons-le, remet en cause les négations de ceux qui ne veulent rien entendre dans une légende locale des plus curieuses. On dit que le seigneur de La Chance assiégé, et sur le point de voir son château succomber, s’enfuit par un souterrain au fond duquel il récupère son trésor. Selon les récits, il est question d’un jeu de quilles (qui existe depuis des siècles) en or, ou d’une ou plusieurs boules du même métal! La légende varie aussi sur les causes de ce siège car on dit ce seigneur cupide, cruel, voleur, et qu’il était assiégé pour rendre des comptes sur ses actes de pillages. Pour d’autres, c’est au cours du combat contre des protestants que la place fut prise d’assaut… Enfin, il existe plusieurs versions pour la fuite du maître des lieux. Certains le disent escorté par ses hommes se sacrifiant pour lui libérer le chemin, d’autres expliquent qu’il perd son chemin dans le labyrinthe souterrain de son domaine… on dit aussi qu’il aurait rejoint le monde des ténèbres dont il était vassal… et enfin que la galerie débouchait au fond d’un puits d’où l’homme ne put sortir seul et trouva la mort par épuisement.

Toujours est-il qu’une sortie de galerie se trouvait, il y a encore une quinzaine d’années, non loin de la route D 502 et à peu de distance du hameau de ‘Grand Pré’. L’accès en était très difficile et écoeurant en raison du fait que ce boyau servait depuis des années de dépôt d’ordures et de carcasses d’animaux. Cependant, en hiver, l’odeur (avec un masque) devenant supportable, nous avions pu explorer cette galerie sur plus d’une centaine de mètres. Ensuite, le manque de matériel et les risques dans ce genre d’expédition nous avaient fait rebrousser chemin. Nous avions seulement pu remarquer que la déclivité du sol était montante, peu humide, et de nombreuses traces de ‘piquetages’ montraient indiscutablement un travail de l’homme. Cependant, il peut s’agir là d’un simple vestige minier… à moins, bien sûr, qu’il ne s’agisse de la fameuse galerie allant sous le site des Chances ? Pourquoi pas ?

… et des anges surveillants ?

Ce qui est le plus amusant dans cette histoire, c’est l’ancienne pierre de margelle, d’un puits proche des ruines du château, récupérée par un habitant du secteur (dont, sur sa demande, nous tairons le nom). Sur ce bloc lissé se trouve un trou sans utilité apparente et formant le creux d’une demi sphère. Une sorte de personnage, ressemblant à s’y méprendre à l’un de ceux du tableau de fenêtre de la maison de Champailler, semblable à un ange (avec des ailes ébauchées) est penché sur cette sphère en creux dans une posture de prière. Au-dessus du creux, deux traits, renflés, verticaux, pourraient suggérer des cierges ou… deux quilles ? Ajoutons, en forme de conclusion toute provisoire, que cette histoire de boule d’or n’est pas propre au passé légendaire de ce château. On la retrouve en de nombreux endroits dans toute la France. Cependant, nous aurions bénéfice à mieux étudier le comportement de certains des seigneurs de La Chance pour certains aspects que nous dirons provisoirement… symboliques. Nous allons, au long de nos prochaines visites de cette galerie de l’oubli, voir que, par un étrange hasard, plusieurs petits seigneurs locaux eurent tout à coup une attention prononcée pour les décors… Angéliques. Mais sans doute n’est-ce là qu’une mode amusante qui ne dure jamais ? A moins, évidemment, qu’il ne s’agisse d’une autre histoire à laquelle participèrent les bons pères chartreux, quelques insignifiants hommes du Temple et surtout les familles de Roussillon?



Les travaux de Vaisseau de Sable

1989 - Vaisseau de Sable avec Raymond Grau


L’association Vaisseau de Sable s’est intéressée à de nombreux sites du Pilat et celui des Chances retint toute son attention. Nos actions étaient faites dans la plus grande légalité. C’est ainsi que nous demandions, à la Direction des Antiquités Historiques, l’autorisation de travaux d’état des lieux du site complet des Chances, le 5 décembre 1988. Une première description sommaire du site était faite et envoyée dans le cadre de la « Carte archéologique et inventaire des sites archéologiques du Pilat » dressée à cette époque. La réponse arriva du Ministère de la Culture le 6 mars 1989, signée par monsieur J. Lasfargues. Et nous avons alors réalisé un état des lieux architectural avec courbes de niveau et profil en long de ce qui restait des constructions étendues sur l’emprise du château… Y compris le puits et la très belle source, dallée, pavée et abritée sous une superbe voûte en appareillage local. De cette source, ne restent, d’il y a 20 ans, que de lamentables vestiges… L’homme dévastateur, à son habitude, est passé par là pour récupérer de belles pierres anciennes dont celle, en clé de voûte, portant l’emblème… d’une croix sur une boule!

La science remarquable des Antiquités Historiques



Mais ce n’est pas encore tout. La seule tour qui restait encore debout comprenait un ‘plafond’ (le terme est ici tout à fait impropre, mais nous n’en avons pas d’autre) en demi sphère composé de pierres assemblées sur champ, montrant une extrême ancienneté, peut-être d’inspiration arabe selon l’expert qui nous accompagnait. Le Ministère de la Culture choisit de ne pas nous faire débroussailler cette tour afin de ne « pas mettre en danger » cet édifice. Nous avons obéi, non sans objections… toutes rejetées par ces messieurs les savants. Trois ans plus tard, sous la pression des lierres et des arbres poussant dans et sur la voûte, la tour entière s’est effondrée !!! Bravo messieurs les spécialistes de la Direction des Antiquités Historiques Rhône-Alpes, pour vos ordres éclairés !!! Cependant, ces brefs constats réduisent à néant les affirmations de certains ne voulant pas voir les traces du Temple ou des chartreux dans ce secteur endormi sous les friches et l’oubli des hommes… Tout comme personne jamais n’a cherché à localiser l’emplacement de la chapelle de La Chance… sauf notre association VdS. Pourtant, les dalles qui s’y trouvaient auraient eu de quoi intriguer plus d’un chercheur en alchimie et ésotérisme. Aussi, face à ce désintérêt chronique en ce qui concerne ce genre de site, que tous semblent d’accord pour… occulter, nous n’en dirons pas plus sur les découvertes faites en superficie puisqu’elles n’offrent aucun intérêt aux ténors, chercheurs et officiels !.. En ce qui concerne la prospection en profondeur, elle fut seulement le résultat de l’usage des pellicules photographiques infra - rouges.

Notre Société Périllos tente le rachat des pierres gravées récupérées anarchiquement sur l’étendue de ce site ainsi que les quelques objets anciens, voire antiques, retrouvés lors des défrichages, labours et autres actions agricoles. Nous reviendrons plus longuement sur tous les vestiges dispersés autour des Chances, (deux mégalithes, trois tumulus, des bornes cruciformes, ruines, tours d’observations, etc...) ainsi que sur les vieux bâtiments des alentours dont l’histoire et le légendaire peuvent nous donner de nombreux autres éléments utiles à reconstituer le passé oublié de cette extraordinaire contrée.

André Douzet

Le 18 mars 2007

Le musée de l'Etrange est un musée privé. Il ne bénéficie d'aucune donation ni subvention. Il compte sur vous, lors de votre visite, pour participer à la mesure de ce que vous avez apprécié.
De plus, il ouvre le plus souvent sur réservation. Pour connaître les horaires d'ouverture,

nous vous invitons à vous rendre sur la page horaires ou appeler au numéro ci-dessous.
A trés bientôt pour votre visite.

 

Situés dans des caves, les locaux du musée ne sont hélas pas accessibles aux handicapés. Nous ne pouvons donc les ouvrir au tout public, leur accès est de fait restreint par la loi au domaine privé : nous ne pouvons donc accueillir dans nos locaux que les membres de notre association. Nous vous proposerons une adhésion ponctuelle valable le temps de la visite.

Et n'hésitez pas à nous faire connaître.

  • YouTube Social  Icon
  • LinkedIn Social Icon
  • Facebook App Icon
  • Twitter App Icon
  • Google+ App Icon

©André Douzet 2016-2019
29 rue du Plat - 07340 Serrières
Tél : 07.62.46.86.39 museedeletrange@gmail.com
n°Siret : 78915274100011

Conditions générales de vente - protection des données personnelles