Le musée de l'Etrange est un musée privé. Il ne bénéficie d'aucune donation ni subvention. Il compte sur vous, lors de votre visite, pour participer à la mesure de ce que vous avez apprécié.
De plus, il ouvre le plus souvent sur réservation. Pour connaître les horaires d'ouverture,

nous vous invitons à vous rendre sur la page horaires ou appeler au numéro ci-dessous.
A trés bientôt pour votre visite.

 

Situés dans des caves, les locaux du musée ne sont hélas pas accessibles aux handicapés. Nous ne pouvons donc les ouvrir au tout public, leur accès est de fait restreint par la loi au domaine privé : nous ne pouvons donc accueillir dans nos locaux que les membres de notre association. Nous vous proposerons une adhésion ponctuelle valable le temps de la visite.

Et n'hésitez pas à nous faire connaître.

  • YouTube Social  Icon
  • LinkedIn Social Icon
  • Facebook App Icon
  • Twitter App Icon
  • Google+ App Icon

©André Douzet 2016-2019
29 rue du Plat - 07340 Serrières
Tél : 07.62.46.86.39 museedeletrange@gmail.com
n°Siret : 78915274100011

Conditions générales de vente - protection des données personnelles

22 mars - La boule de divination

Dans la reconstitution de ‘l’alcôve de divination’, parmi les éléments de divination le visiteur peut voir, en place centrale tout près du jeu de tarot, une boule posée sur son trépied de bronze. Si sa présence est coutumière dans ce genre d’officine, habituellement toutefois elle se présente différemment dans sa forme. Cette boule date du XXe siècle et, à ce moment, l’usage veut alors qu’elle soit naturellement en cristal de roche, non en cristal synthétique (silice, plomb et barite) mais, en tous cas, jamais en plastique ou résine. Celle se trouvant dans notre musée appartenait à une dame qui demanda à son frère, souffleur de verre, de lui confectionner la sphère de ces couleur et taille. De plus, s’entendant à merveille avec ce frère, elle estimait que grâce au souffle l’ayant faite et en restant captif de la boule, sa présence lui restait présente tant que rien ne venait casser la sphère et la conservait ‘opérationnelle’ au possible.



De plus, ce souffleur en ayant obtenu l’accord du maître de la verrerie, il avait fait entrer sa sœur et son petit-fils jusqu’aux fours pour la confection de la boule de 14cm de diamètre. En arrivant, il avait fait mettre les mains au-dessus du creuset et entailler le gras des deux mains avec son couteau. Quelques gouttes de sang coulaient dans le creuset. Il remua vivement, puis enfourna le récipient dans le four… La boule est née ainsi. La voyante et son frère avaient ainsi la conviction qu’ensuite, en approchant les mains de l’objet, celui-ci reconnaissait les mains ayant donné du sang pour elle, et lui répondait avec fidélité et efficacité dans la divination.


C’était, il y a des décennies. On est là à l’extrême limite de l’hérésie et de la magie aux confins dangereux du noir et du négatif. Depuis, les verreries de cette vallée ont toutes fermé et les voyantes ont des supports en résine et sans efficacité. En attendant, le support de vision reste intact et visible dans la reconstitution de ‘l’alcôve de divination’, tenant encore le souffle de son créateur et le sang de sa maîtresse en divination. Elle-même avait une réputation hors-pair lui attirant comme clients des pontes de la politique lyonnais venant consulter son oracle en toute confiance. A notre connaissance ces faits restent uniques dans ce genre d’annales, tout comme cette boule de cristallomancie hors du commun par ses taille, couleur et constitution…



Le peu d’éléments sur les détails de fabrication et d’emploi font état de la couleur violette voulu par cette dame ayant exercé son art dans le quartier de la basilique d’Aynay à Lyon vers la rue Victor Hugo. Elle explique sommairement que cette teinte se situe entre ‘l’indigo et le pourpre’ donc à l’extrémité des composants d’arc-en ciel, ce qui donnera, d’ailleurs, le fameux Ultra-violet (totalement invisible), violet complémentaire du jaune étant sa primaire… Cette dame expliquait dans une note d’époque que cette teinte ne reste ni chaude, ni froide, en se classant dans les étranges couleurs dites ‘fuyantes’ qui, sur une couleur neutre apparaissent éloignées bien que qualifiées en peinture comme ‘saillante’. Le jaune offre dans les études chromatiques le fait de permettre des visions colorées dans les spectres dits… invisibles. D’où peut-être cet étrange usage d’une boule de divination de cette sorte pour une personne hors norme en la matière. Ces connaissances pour cette ‘voyante’ lui étaient familière puisqu’elle était peintre et même ‘cotée’ encore aujourd’hui. Elle ajoutait que cette teinte agissait comme un passage vers le seuil de la mort, de l’esprit, et du monde religieux auquel s’ajoutait, pour elle, la ‘guidance et l’orientation depuis l’inconnu et le contact avec les défunts ou le futur et l’avenir. Tout un programme pouvant s’inscrire aisément, comme on le comprend dans l’art subtil de la voyance qui était celui de cette dame.


Ajoutons que jamais nous n’avons ni tenté ni autorisé la ‘mise en action’ de ce support de divination et ne le feront en aucun cas. Cette boule reste entourée de son aura d’étrangeté et d’inhabituel objet magique… comme l’est le contenu de notre petit musée. Dès la réouverture nous ajouterons des informations et objets tenus dans cette reconstitution de ‘l’alcôve de divination’, une série d’objets sur lesquels nous reviendrons dans les jours arrivant.





André Douzet

11 vues